Je me souviens, te souviendras-tu?

selfie vacances

 

Je me souviens de l’effet du sable chaud sur mes pieds, à la fois doux et rugueux. Je me souviens de la musique que jouaient les vagues. En fermant les yeux, je sens l’air marin m’envahir. L’horizon encore matinal déposait une douce brume sur l’eau. Je me souviens m’être dit que je n’oublierais jamais cet instant. Si jeune mais déjà fleur bleue, j’ai promis à la mer que je reviendrais la voir.

Je me souviens des toutous que notre oncle Yves cueillait doucement dans les machines pour ses neveux et nièces. C’était un “mononcle” spécial. À ses côtés, on se sentait important, écouté. Il avait toujours des histoires surprenantes à nous raconter, des faits scientifiques qu’il nous rapportait avec le sourire et de grands yeux… dans l’attente de nos réactions. Je me souviens aussi à quel point il ronflait fort! Le train était passé une fois durant la nuit. Nous étions tous étonnés le lendemain de constater que les ronflements étaient plus forts que son sifflement!

Je me souviens de grand-maman qui se faisait un devoir de préparer de bons repas pour tout le monde… et aussi de sa déception quand elle constatait qu’on avait déjà “un peu” mangé! Je ne voulais pas lui déplaire, je déjeunais deux fois avec autant d’appétit. Qui aurait passé à côté de cette délicieuse nourriture de toute façon?! Je me souviens du spaghetti que ma sœur et moi avions décidé de servir par la fenêtre comme au restaurant. Amusés, nos parents, grands-parents et Yves avaient passé leur commande. C’était une soirée magique où le bonheur régnait.

Je me souviens des manèges, pour lesquels ma sœur était toujours plus brave que moi! Je me souviens de nos confidences, de nos jeux sur la plage et de ceux qu’on s’inventait dans le salon converti en chambre. Je me souviens très bien des petits achats qu’on avait faits avec notre argent de poche: un chandail de Old Orchard, une chaise de plage, des “trolls”, entre autres. Il ne me restait plus un sou. Ma sœur, elle, était beaucoup plus économe et réfléchie. Elle avait bien calculé ses gâteries.

Je me souviendrai toujours de mes premières vacances à la plage. Je revois les feux d’artifice, je peux encore décrire chaque pièce de la maison jaune qu’on avait louée et je m’imagine encore très bien marcher dans le sable le matin brumeux de notre départ, un peu triste de déjà quitter ce petit paradis.

Presque 25 ans plus tard, mon mari et moi avons amené nos deux garçons sur la côte Est. C’est avec mon beau-frère et ma belle-sœur que nous avons partagé ces instants. En m’endormant le soir, grand garçon dans le lit d’à côté, petit chat bien endormi dans son parc et mon mari paisible à mes côtés, je n’ai pu m’empêcher de songer que nous étions sans doute en train de créer les souvenirs d’une vie.

Quel plaisir, mais aussi quelle responsabilité de réaliser que nos gestes laisseront plusieurs empreintes dans la mémoire de nos enfants! C’est d’autant plus vrai pour notre aîné de 4 ans et sa mémoire d’éléphant. Se souviendra-t-il du Skipper, des promenades sur la trottinette en soirée, du mini-putt de pirates, des crêpes en sable faits avec “matante” Andréa, des coquillages qu’il accumulait, du lit à deux étages qu’il était fier de monter, du pain doré mangé en famille et aussi, tiens, de ses multiples crises où j’ai voulu m’arracher les cheveux? 😉

J’espère qu’il se souviendra de ces vacances, de la journée aux glissades d’eau, de celle passée au Zoo, de sa fête avec le jeu gonflable, de la tente qu’on a montée dans la cour, de tous ces précieux moments avec ses parents, son frère, ses grands-parents, oncles, tantes, parrain, marraine, cousins, cousine et amis. J’espère qu’il reverra les rires et les moments loufoques. J’espère qu’il se souviendra des liens que nous avions et qu’avec le temps, il pourra encore en ressentir le bonheur. J’espère qu’il se souviendra à quel point notre famille était nos amis et à quel point nos amis étaient notre famille.

On dit que ça prend un village pour élever un enfant. Notre village n’est peut-être pas très grand, mais c’est le plus beau.

Published by

Véro

Femme dans la jeune trentaine, je suis aussi une heureuse épouse et mère de deux garçons. Riche d'une décennie en communication et marketing et de mon histoire aussi simple que rocambolesque, je partage avec vous mes humeurs du moment.