Ma soeur comme meilleure amie

sisters

Je m’en souviens encore comme si c’était hier. Tu sortais le tableau de Schtroumpfs, des craies, des livres et des crayons, que tu alignais bien droits. Tes longs cheveux de poupée et ton visage d’ange étaient si beaux! Dans mes yeux pétillants et coquins se cachait toute l’admiration qu’une petite fille de quatre ans pouvait avoir. Je ne voulais pas faire d’erreurs. Non, je ne pouvais pas te décevoir. C’est comme ça que j’ai appris à réciter et écrire mon alphabet. C’est comme ça aussi, encouragée par tes sourires, découragée par tes corrections au crayon rouge, que j’ai appris mes chiffres. Déjà, tu avais ta main de fer dans ton gant de velours. Déjà, tu exigeais de toi d’être la meilleure professeure qui soit. Déjà, tu étais mon idole.

 

Ensemble, on a réinventé la bibliothèque municipale dans ta grande chambre. On a fêté les anniversaires de Dudlé, ton bébé Boutchoux tellement plus beau que le mien! Les années avec le lit superposé ont été pour moi parmi les meilleures! Bon, ok, moi aussi j’aurais aimé être en haut, mais les confidences, les histoires, les doutes, les bonheurs et les joies de petites filles que nous partagions valaient bien plus. Tu avais toujours la bonne réponse, tu savais tellement de choses! Moi, je ne savais que te faire rire et je m’arrangeais pour y arriver le plus souvent possible!

 

Quand tu es devenue ma gardienne, j’ai souvent remis ton autorité en doute. Mais la vérité, c’est que tu as toujours été bien plus organisée que moi. Tu savais quoi faire, quand le faire, comment le faire. Les grandes sœurs, c’est comme des mini-mamans, mais en plus cool! 😉 Parce que toi, tu me laissais mettre ma cassette de Mitsou en montant le volume comme je voulais. Tu riais quand je faisais un nœud dans mon chandail comme elle et que je chantais Bye Bye mon Cowboy, la télécommande dans une main, les jambes occupées dans une chorégraphie douteuse. Toutes ces années, tu as été mon public le plus fidèle.

 

Alors que je disais bien fort tout ce qui me passait par la tête, tu faisais preuve de retenue et de diplomatie. Alors que je faisais de tous mes jeux avec les amis de la rue une compétition, tu savais voir les qualités de chacun. Tu éclairais mes choix, tu veillais sur moi, parfois même d’un peu trop près. Quand tu avais peur de perdre le contrôle, tu me menaçais de tout dire aux parents. Je considérais cela impossible. Je savais que tu ne me trahirais pas.

 

Je sais que tu n’as pas toujours apprécié m’avoir collée à tes pieds. Pour moi, il était clair que les traces que je devais suivre étaient les tiennes, surtout après t’avoir vue créer un plan complet d’évacuation en cas d’incendie! La table de pique-nique sous ta fenêtre et la corde nouée avec des guenilles me paraissaient infaillibles!

 

Je sais que ça te rendait folle que je te vole des vêtements sans te le demander! Mais saches qu’une de mes plus grandes fiertés a longtemps été de nous faire prendre pour des jumelles! Avec trois ans et demi de différence, c’était tout un exploit!! Et malgré toutes ces fois où on s’est tapé sur les nerfs, personne n’avait intérêt à s’attaquer à l’autre!

 

Quand on me demandait comment tu étais, je répondais : “Comme moi, mais en mieux!” 😉 J’aurais aimé que tu aies mes yeux quand les gars ont commencé à te tourner autour. Si seulement tu avais vu, comme moi, à quel point ils te trouvaient belle! En même temps, ton indépendance à leur égard m’impressionnait. J’ai alors compris que celui qui gagnerait ton cœur devrait faire preuve d’orginalité et de patience. Beaucoup de patience…

 

josee et moi

 

Le premier vrai deuil de mon existence a été de te voir partir de la maison. Je considère cet événement comme l’une de mes plus grandes peines d’amour. Nos longues marches, nos tours de vélo, nos jeux inventés, ceux que tu faisais pour me faire plaisir, le ménage dont tu te débarrassais en me refilant tes vieilleries. Tout ça et bien plus encore allait beaucoup trop me manquer! Je ne pourrais plus essayer d’écouter tes conversations téléphoniques! J’allais perdre une garde-robe entière, des seconds souliers. Surtout, ton départ a mis fin à une enfance où tu étais mon refuge. Parce que peu importe ce qui se passait, je savais que je ne serais jamais seule pour y faire face. Je savais que tu serais toujours à mes côtés, que tu me tendrais la main et me dirais: “Viens, on y va ensemble!”

 

Encore aujourd’hui, je me tourne souvent vers la femme ou la mère que tu es devenue pour m’inspirer, foncer, continuer, m’améliorer. Je me demande parfois quelles corrections au crayon rouge tu ferais, même si nous savons encore lire dans le regard de l’autre. À l’occasion, j’aimerais pouvoir encore te réveiller au beau milieu de la nuit pour dormir avec toi… sachant très bien que nous la passerions à rire!

 

Il n’y a pas de doutes que tu connais mon passé mieux que personne. Et peu importe ce que la vie nous réserve, nos âmes s’en trouvent à jamais soudées. Je ne saurais dire si c’est dans notre p’tite cabane ou pendant nos vacances à Old Orchard ou même durant ces chicanes qu’on aurait évitées que ça s’est passé. Mais je sais que toi et moi on a vite compris qu’on avait choisi notre sœur comme meilleure amie. Je t’aime, ma sœur.

 

Citation soeurs de etsy.com via Pinterest

Published by

Véro

Femme dans la jeune trentaine, je suis aussi une heureuse épouse et mère de deux garçons. Riche d'une décennie en communication et marketing et de mon histoire aussi simple que rocambolesque, je partage avec vous mes humeurs du moment.

8 thoughts on “Ma soeur comme meilleure amie”

  1. Ma petite soeur d’amour !
    Tu m’as émue part ton texte…
    Tous ces beaux souvenirs resteront à jamais gravés dans mon coeur.
    Aujourd’hui, c’est moi qui te regarde avec autant d’admiration !
    La vie m’a offert le cadeau d’avoir une soeur précieuse, ma meilleure amie.
    Tu me manques ma soeur ! Depuis que nous sommes allées au spa la dernière fois
    ensemble, je disais justement à Mikael combien je m’ennuyais de toi. Je veux
    profiter de la prochaine année pour qu’on puisse passer plus de temps ensemble.
    Je t’aime,
    Josée
    xx

    1. Hahaha! Mais moi, je suis contente que tu aies été original et patient! 😉 Elle t’attendait! hihi

  2. C’est beau, j’ai même versé quelque larmes en lisant ce texte, l’amour entre frère et sœur,frère et frère ou dans ce cas-ci sœur et sœur c’est si beau. Ce texte m’a rappelé tout les bons moments passé avec mon héros,mon protecteur, mon clown, mon frère, malheureusement décédé il y a quelques années. C’est moments sont si riche et puissant.

    1. Oh! 🙁 Je suis désolée Sandra. Je perdrais une bonne partie de moi-même si je perdais ma soeur, alors j’ose imaginer combien ça peut être difficile pour toi… D’un autre côté, je suis contente si mon texte t’a rappelé de bons souvenirs. Tu as raison, ces moments sont précieux et je tâche d’en profiter autant que possible. Merci pour tes précieux commentaires!

  3. Un autre tres beau texte de ta part. Quand je lisait j’arrivais a revoir des moments , quand moi et mon frere ont étaient jeune et qu’ont habitaient a chambly sa ma rappeler pleins de beaux souvenir ou qu’ont voi qu’une relation entre frere ou bien comme toi entre soeur peuvent etre si forte!!!

    1. Merci mon beau-frère! C’est vrai que ta relation avec Maxime est très forte aussi! Prenez-en bien soin! xx

Comments are closed.