À une hauteur qui n’existe pas

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Presque onze heures un mercredi soir et je suis encore sur mon sofa à recompter chaque foulée, à décortiquer le parcours. En fermant les yeux, j’arrive presque à ressentir le mouvement du galop. Cette année, c’est ma 20e.

En fait, ça remonte à beaucoup plus loin encore. J’avais à peine trois ans quand je me jetais sur les chevaux de calèche qu’on croisait pour leur dire bonjour. Je comprends aujourd’hui l’effroi de mes parents lorsque mes petites mains encore garnies de trous de bébé se posaient tout près des sabots de ces bêtes géantes… à leur insu. Il ne m’est pourtant jamais rien arrivé. Certains diront que c’est de la chance. Moi j’ai toujours cru que c’était plutôt comme deux âmes soeurs qui se rencontrent enfin. Ils ressentaient déjà que je les respectais.

Mon chandail me renvoit l’odeur de l’écurie et j’ai alors une pensée pour tous ces chevaux qui ont croisé ma route. Tous ces chevaux qui ont changé ma vie… qui ont rendu mon adolescence plus douce. Les vendredis soirs en leur compagnie étaient les meilleurs moments de ma semaine. Je n’avais que moi à penser. Moi et lui. C’est en atteignant le galop parfait que j’avais l’impression de voler.

 

“Être heureux à cheval, c’est être entre ciel et terre, à une hauteur qui n’existe pas” -Jérôme Garcin

 

Encore aujourd’hui, le sentiment d’être en symbiose totale avec un partenaire d’environ mille livres qui a sa propre personnalité est extrêment gratifiant. Il arrive que la chimie s’installe d’elle-même. D’autres fois, il faut la travailler. Dans tous les cas par contre, chacune des parties de mon corps doit être un heureux mélange de force et de douceur. C’est seulement lorsque j’y arrive que nous devenons une équipe invincible. C’est cet instant magique où j’ai accès à toute son allégresse, sa puissance, sa vulnérabilité et sa générosité qui fait de moi un meilleur humain.

En deux décennies, il est évident que j’ai beaucoup appris, surtout sur moi-même. Mais c’est cette année que j’ai l’impression d’être la cavalière que j’ai toujours voulu être. Le plaisir est au rendez-vous plus que jamais. Ma coach y est pour beaucoup aussi. Cinq années à me pousser toujours un peu plus loin, à ajouter du travail au plaisir et du plaisir au travail. C’est parce que tu y as cru avec tant de passion que j’y ai cru à mon tour. Tu le dis souvent, tout est dans l’attitude! 😉

 

a love like no other

 

Une amie m’a écrit cette citation un jour:

“Vaut mieux se perdre dans sa passion que de perdre sa passion” -St-Augustin

 

Je ne pourrais être plus convaincue ce soir, encore dans mes pantalons devenus des pantoufles, que j’ai trouvé la façon de me perdre dans cette passion. Comme tous les amours intenses dans une vie, il y a eu des moments de doute, quelques pauses aussi. Toujours je suis revenue à ce premier vrai et grand amour. Enfin j’ai accepté que je n’y peux rien, que j’ai besoin d’eux, qu’ils font partie de mon équilibre.

Et en fait, c’est ça que j’ai envie de partager. Parce que je crois profondément que l’être humain est fait pour vivre dans la passion, pour se laisser enivrer par ce que le monde a à lui offrir. La vie est vraiment trop courte pour se laisser guider que par la raison. Toujours je me souviendrai de la jeune fille qui passait ses vendredis soirs à l’écurie, de ces instants où il n’y avait qu’elle et lui… et une odeur de foin mélangée à celle du cuir, de la poussière et du bonheur. À la seconde où je mets le pied dans l’écurie, j’ai 11 ans à nouveau, je prends une bouffée de bonheur et je me perds… à une hauteur qui n’existe pas.

 

Crédit image 1 via Pinterest

Crédit image 2 via Pinterest

Published by

Véro

Femme dans la jeune trentaine, je suis aussi une heureuse épouse et mère de deux garçons. Riche d'une décennie en communication et marketing et de mon histoire aussi simple que rocambolesque, je partage avec vous mes humeurs du moment.

6 thoughts on “À une hauteur qui n’existe pas”

  1. J”ai l’impression de te connaître depuis très longtemps et tu as toujours l’air tellement heureuse et en paix quand tu reviens de l’écurie que je t’envie d’avoir une si grande passion dans ta vie.

    1. Bonjour Louise,
      Je crois que vous êtes dans la famille proche d’Eve-Marie n’est-ce pas? Il est vrai qu’elle est très passionnée et je suis choyée de l’avoir comme coach. Merci pour votre commentaire 🙂

  2. Que c’est beau et bien raconté! Je suis d’accord avec toi qu’il faut vivre dans la passion et grandir dans celle-ci. On apprend à mieux ce connaître à travers ces moments de laisser-aller. J’ai vécu beaucoup de choses malgré mon jeune âge et mes passions sont toujours venues m’aider à passer au travers certain moments plus critique dans ma vie, mais aussi elles m’ont permis de faire plein de choses merveilleuses et d’apprendre au travers elles. Ah la vie nous offres plein de saveurs!

    1. Je suis d’accord avec toi Sandra! Avoir une ou des passions peut faire la différence dans la vie de quelqu’un. Même dans les moments plus faciles, une passion est un ressourcement essentiel à mon avis.

  3. Je n’ai fait de l’équitation que quelques fois dans ma vie, mais j’avoue que l’odeur qui plane dans une écurie est une des plus belles odeurs du monde !

    1. Ce n’est pas moi qui vais te contredire en tout cas! 😉 Mais c’est rare qu’une personne qui ne fait pas partie du milieu comprend ça!

Comments are closed.