Maman Instagram

Petite maman Instagram, belle bédaine de Pinterest, t’es magnifique! T’as une belle peau, des cheveux parfaits, tes photos sont toujours pures, remplies de bonheur. Et que dire de la chambre de ce petit ange que tu attends! Les plus grands magazines ne sauraient accoter ce décor plus blanc que blanc, invitant, doux et lumineux que tu as créé! Il est évident que tu te dévoues déjà pour ce petit enfant qui grandit dans ton merveilleux ventre tout rond qui n’a pas dépassé la largeur de tes hanches.

Je regarde tes couches et tes lingettes lavables stylées, tes produits écolos soigneusement choisis sans phtalates, sans parabènes, non testés sur les animaux, végétaliens, et je me dis que t’es vachement plus renseignée que je ne l’étais à mon premier!

T’es prête pour l’allaitement aussi. Tu t’es même pas posé la question après avoir lu dans quatre études différentes que c’était le meilleur moyen de nourrir ton bébé sainement. Et tu affronteras les jugements de la génération d’avant qui te dira que tu devrais lui donner un biberon pour qu’il fasse ses nuits – ou une cuillerée de céréales – ou une mini gorgée de gin. Tu expliqueras ce que tu as lu et ils comprendront bien sûr! Le seul biberon que t’as acheté, avec une tétine sans BPA, sera exclusivement utilisé pour l’eau que tu auras soigneusement bouillie et refroidie si jamais ton bébé fait de la fièvre. Parce que, non, il n’aura pas besoin d’eau sinon, il sera allaité. J’admire ta détermination.

T’as fini ta valise d’hôpital la semaine dernière. Celle du bébé était prête quelques jours avant. T’as mis ton plan de naissance dans la petite poche en avant. Tu te sens prête pour ton accouchement naturel dans le bain de la maison de naissance. T’as aussi lu sur l’accouchement à la maison, au cas où. Tu m’impressionnes! J’étais loin d’être aussi confiante il y a 7 ans!

En plus, t’es super bien équipée! Hier, t’as lavé tous tes petits pots à congélation et t’as fini de lire ton 2e livre sur l’alimentation bio et végé pour bébés. Tu as même commencé à faire des provisions dans le congélateur et à préparer des collations pour le retour à la maison avec ton petit chérubin. Tu as pratiqué tous les noeuds de portage de ton écharpe en bambou. Tu as déposé ton long coussin d’allaitement flexible, en coton biologique et localement fait à la main sur ton côté de lit, à côté du moïse tout près. Tu te sens confortable avec l’idée du cododo et tu t’imagines allongée, avec ton bébé tout neuf, yeux dans les yeux. Vous plongez tranquillement dans le sommeil. Un moment de bonheur pur. C’est vrai que ces petits instants sont magiques.

Ta dernière photo m’a émue. Celle que tu as mise ce matin. Dans ta maison impeccable, lumineuse et sereine, tu as déposé tes mains sur ton ventre en baissant les yeux. On voit dans ton regard tout l’amour que tu portes à ce petit miracle qui vient. Je te l’ai dit, t’es magnifique.

Mais j’ai quand même un peu peur pour toi. J’imagine déjà tes photos après. Dans ton superbe décor Instagram. Avec ta petite merveille. Dans ton jeans d’avant 2-3 mois après l’accouchement. Dans ta photo, tu allaites en parfaite harmonie, avec le sourire. Et tu nous écris à quel point tu es heureuse et que c’est le plus beau cadeau que la vie t’ait fait. Je te crois. Je te comprends.

Sauf que, c’est beaucoup, tu trouves pas? Tu as de beaux principes. T’es 100 fois plus prête que je ne l’étais. Tu as pris ton rôle au sérieux et tu feras une bonne maman. Ne doute pas de ça. Mais c’est beaucoup de pression, tout ça.

Personne n’est parfait avant de devenir parent. On ne le devient pas plus quand nos petits minis arrivent. Même que, ils sont plutôt doués pour faire ressortir le meilleur ET le pire en nous.

Je trouverais dommage que tu te mettes à douter de tes capacités parce que ton beau piqué imperméable d’un designer québécois est taché des défécations de ton petit ange. Ou parce que, t’as beau essayé, l’allaitement va tellement mal que tu te caches dans la salle de bain pour pleurer aussitôt que t’as fini. Ou parce que les planchers de ta maison impeccable sont soudainement devenus quelque chose d’un peu collant pour tout déposer: sac à couches, vêtements sales, vêtements propres, parc, chaise, coussin d’allaitement, jouets, mouchoirs. Ou encore parce que ça fait deux jours que t’as pas pris une douche digne de ce nom et que tu sens le lait sûr. Ou bien parce que, finalement, t’as acheté une boîte de lingettes le temps que t’aies le temps de faire tout ton lavage…

Ne te sens pas merdique si t’as accepté la péridurale à l’hôpital, ou si tu donnes des fraises pas bio achetées chez Maxi. Ne doute pas de tes compétences si tu n’es pas exactement la mère que tu t’étais imaginée devenir.

T’as le droit de penser que ton petit ange n’en est pas un, finalement. C’est un enfant, à la fois unique et comme tous les autres. Ça ne t’empêchera pas de l’aimer de tout ton être. Et si cet amour n’était pas instantané, tu n’en deviendrais pas un monstre.

Ça se peut que tu vives mal avec ton nouveau corps. Que tu remettes tes jeans (ou pas), que ton ventre ait maintenant plein de petits chemins creusés par la vie (ou pas), que tes seins n’aient plus leur tonus ou qu’ils deviennent démesurés, des choses changeront. Je trouverais ça triste que tu te sentes moins femme. Ne laisse pas ces idées entrer dans ta tête.

Il y a 6 ans et demi, j’ai frappé mon propre mur de la maternité. Pourtant, je n’avais pas tant d’attentes! J’ai accouché en n’ayant pas de décision claire par rapport à l’allaitement. L’accouchement s’est bien passé, mais il ne s’est pas vraiment passé comme je l’avais imaginé… L’allaitement a jamais fonctionné au premier. Je me suis sentie tellement coupable et jugée. J’ai tiré mon lait pendant un mois et demi pour lui donner, en échange de mon équilibre mental. Ma maison était un bordel plus souvent qu’autrement. J’ai sous-estimé l’importance que j’accordais à l’opinion des autres. On me donnait des conseils que je n’avais pas souvent demandés et ils m’atteignaient comme une flèche en plein coeur. J’étais sans doute un peu trop susceptible et remplie d’hormones, mais c’est tellement difficile d’être objective face à ce que nous chérissons le plus!

J’ai dû réalisé et accepté que je n’étais pas une mère parfaite et que je le serais jamais. Ce qui est bizarre, c’est que je ne savais même pas que c’est ce que je tentais d’être! Encore aujourd’hui, après trois enfants, je ne sais pas toujours ce que je fais! J’apprends en même temps qu’ils grandissent. J’essaie d’accepter les leçons avec humilité.

Et c’est là où j’ai peur pour toi, Maman Instagram. Laisses-tu de la place à l’erreur? Aux remises en question? Aux imperfections? Aux attentes que tu n’atteindras jamais? Laisses-tu un espace pour le laid? Pour tes côtés sombres que tu découvriras? Pour ceux de ton partenaire? De ton enfant? Sauras-tu accepté les jours gris? Les pleurs? Les déceptions? Le découragement? L’impuissance?

 

Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité.

– Carl Gustav Jung

 

Le plus grand miracle de la vie n’a pas lieu dans un univers d’arc-en-ciel et de licornes ou dans un décor pur et blanc d’Instagram. Le plus grand miracle de la vie, c’est d’atteindre à la fois le plus beau et le plus laid de l’humanité et d’en ressortir grandit, un peu, chaque fois. C’est de réaliser que le beau n’existerait pas sans le laid. C’est d’explorer toutes les nuances qui se trouvent entre les deux et tenter de comprendre pourquoi il nous faut les traverser. C’est simplement d’aimer assez pour voir que, dans le fond, c’est eux qui nous apprennent tout.

 

Alors que nous essayons d’enseigner la vie à nos enfants, nos enfants nous montrent ce qu’est la vie.

– Angela Schwindt

 

Source de l’image

Maman et papa font l’amour

Comment je te dirais bin ça…  J’aime ça, faire l’amour. J’aime ça aussi quand c’est un peu plus primaire. J’aime ça, le sentiment de bien-être après. Comme quand on revient de s’entraîner. Ça m’arrive souvent de te regarder, d’avoir envie de te dire: “Viens donc ici minute, qu’on se colle un peu”. Tsé, comme avant. Bin, avant les enfants j’veux dire.

Parce que maintenant, j’ai souvent envie de te le dire, mais je le dis pas souvent. Parce que je laisse mon évachage sur le divan tuer mon envie d’amour. Parce que tu te lèves tôt. Parce que je dois m’occuper des enfants dans quelques heures à peine. Parce qu’il faut faire du lavage ou juste parce qu’on a envie d’être seul ensemble. C’est pas compliqué, des parce que, j’en ai un char pis une remorque!

Je sais pas pourquoi, non plus, je suis devenue plus gênée. On se parle plus de sexe comme avant. On fait l’amour les lumières fermées. J’ai longtemps pensé que mon corps marqué par les grossesses me rendait moins à l’aise. C’est de la foutaise! Je m’en fous bien des vergetures et des petits bourrelets quand on se retrouve! Ma supposée gêne dure 3 secondes et quart!

On n’est pas pire que les autres non plus. En fait, on se console souvent quand on se compare. On “le fait” quand même assez souvent, pareil. Mais juste pas comme avant. Et c’est pas un manque d’amour ou de désir. Oh non! Je dirais qu’on s’aime encore plus! Je le vois, je le sens.

Fait que, c’est quoi debord?

Je pense qu’on est bien, dans notre maison remplie de petites vies. Je pense qu’on aime s’ennuyer un peu et se retrouver après. Je sais maintenant qu’on peut faire l’amour en partageant un café ou en ayant une discussion sur le sens de la vie pour nous. On a donné, avec le temps et trois enfants, un sens beaucoup plus large à l’union entre deux personnes. L’intimité, ce n’est pas associé seulement au physique. C’est les regards qu’on échange, tes bras qui m’enlacent chaque soir et ma hâte de te parler quand j’entends la porte d’entrée. C’est les trois petites vies qu’on a créées en laissant la tienne et la mienne s’emmêler.

J’ai quand même envie qu’on retrouve notre spontanéité. J’ai envie qu’on se donne autant de plaisir qu’on s’aime. J’ai envie qu’on rouvre les lumières et qu’on rebaptise la maison. J’ai envie qu’on se parte un film sans l’écouter. J’ai envie qu’on aille se coucher plus tôt. J’ai envie que le vin nous allume au lieu de nous endormir. J’ai envie de toi. De toi avec moi.

À partir de maintenant, fuck off! Maman et papa font l’amour! On va changer les parce que en pourquoi pas! Tuons les excuses et vivons la passion! Je vais te frencher comme une ado et te laisser me pogner une fesse en plein milieu du souper. Je vais écouter moins de télé et me coller.

Désolée les enfants, maman et papa s’aiment trop!

Dans le fond, n’est-ce pas là le plus bel exemple qu’on peut leur donner? Des parents qui s’aiment assez pour se désirer encore, année après année. Une maman et un papa qui s’unissent avec respect et passion. Avec tendresse et désir. Une union saine et belle qui traverse les années. Ça te tente-tu?

Juste avant que tu partes… Il faut que je te dise…

Hier, j’ai glissé ma main dans la tienne. Cette main un peu froissée que j’ai toujours trouvée si douce. Tu as serré la mienne un peu. Puis tu as fermé les yeux. J’avais envie de pleurer, mais la souffrance qui se lisait dans ton visage m’a donné la force de t’accompagner en silence et en douceur. Ensemble, on a attendu que ça passe.

Ça m’a déchiré le coeur de te voir ainsi. Parce que ce que tu représentes pour moi est beaucoup plus joyeux.

Tu es le symbole de mes plus beaux rassemblements. De ces tablées d’abondance. De ces incalculables tartes au sucre (au chocolat, au caramel, au Corn Flakes…) que tu préparais en sachant très bien laquelle était ma préférée. J’en rapportais toujours. Nous en rapportions tous. Depuis quelques années déjà, j’en fais aussi. Mais elles ne seront jamais aussi bonnes que les tiennes.

Ce goût de cuisiner de bons plats pour ma famille. Ce plaisir viscéral de recevoir des groupes à l’occasion. L’amour qui me remplit quand je vois ma propre tablée pleine de ces gens que j’aime et qui discutent ensemble. C’est toi. Tout ça, ce sera toujours toi. Tu ne donnais pas les plus gros cadeaux, mais tu donnais ton amour dans chaque pincée de sel, dans chaque coup de rouleau, dans les plats bleus pour la soupe au chalet dont mes enfants se servent maintenant et dans tous ces “bonsoirs” un peu trop formels que tu lançais quand même avec le sourire à chacun de mes départs.

Ma belle grand-maman, j’ai aussi un peu puisé de ma force dans la tienne. Je sais que tu as vécu ton lot d’épreuves, dès ton plus jeune âge. Tu m’as glissé mot de ces difficiles instants depuis que je suis adulte. Mais tu n’en laissais rien paraître quand j’étais trop jeune pour en saisir les nuances.

Pour moi, tout avait l’air facile de ton côté. Avec tes cheveux toujours bien coiffés, ton maquillage subtilement appliqué, tes bijoux soigneusement agencés, tes manteaux de fourrure dont tu étais fière, ton doux parfum. C’était là les symboles que tu avais réussi. Tout ça faisait de toi une femme de son temps, mais qui a su prendre sa place. Une femme de caractère qui ne s’en laisse pas imposer, mais qui fait tout de même preuve d’une grande sensibilité. Je ne suis pas devenue féministe pour rien. Mes deux grands-mères ont été des inspirations indéniables. J’espère que ma fille s’en inspirera aussi.

C’est plus tard que j’ai décelé ta vulnérabilité, ta fierté et ton orgueil développés au fil de durs labeurs. C’est quand je suis devenue maman que j’ai compris l’ampleur des peines que je lie maintenant à certains événements. Tu as eu une belle vie, bien remplie, sans pour autant dire qu’elle a été facile. Ton sourire sera toujours une inspiration pour que je traverse moi-même les épreuves de la vie avec dignité.

Et je souhaite devenir ce lien que tu as été dans ta famille. Celle qui rassemblait tout le monde. J’aimerais être cette personne pour les miens, pour ma famille, pour mes amis. Celle qui inspire les belles soirées un peu arrosées, les repas partagés qui s’étirent, les veillées où les enfants s’endorment dans une pile de manteaux.

Dans notre carte de mariage, tu as écrit: “Nous vous souhaitons une vie aussi longue que la nôtre.” Tu disais souvent des affaires qui se réalisaient. Tu nous le prouves encore aujourd’hui. Dans ce cas bien précis, je te dis merci. C’est le plus beau souhait du monde. Si je réussis à bâtir un couple aussi solide et aimant que tu l’as fait avec grand-papa, c’est que vous en aurez été le principal modèle. Du moins, le plus beau à mes yeux. Et oui, ce sera la plus belle longue histoire de ma vie.

Grand-maman, quand tu ne seras plus là, je veillerai sur tes souvenirs. Je te garderai vivante. Je te placerai tout juste à côté de ton mari dans mon coeur et je vous emporterai partout. La petite Alice comme tu l’appelles te connaîtra aussi bien que ses frères. Et je te souhaite de continuer ta longue vie avec lui. Il disait que c’était bin beau en haut. Certaine qu’il t’a gardée la plus belle vue.

Ah! Et il faut que je te dise…

Je t’aime.

À toi, jeune femme immigrante

J’ai vu ce reportage où tu étais en vedette. Une belle jeune femme au grand sourire et aux yeux intelligents. Tu m’as semblé épanouie dès le premier regard.

Pourtant, tu t’es mise à parler de mariage forcé, de violence à cause de l’honneur. De toutes ces atrocités qu’on pense réservées aux autres et qui se passent pourtant dans notre pays, cachées derrière des murs qu’on ne sait pas toujours escalader.

J’ai envie de te dire que tu n’es pas seule. Que la femme québécoise libérée a elle aussi des combats à terminer. Que ses droits sont souvent bafoués, que son consentement est moins lourd dans la balance que certaines envies pernicieuses masculines. Que derrière nos sorties libertines, nos vêtements soigneusement choisis, nos sourires Facebook, se cache encore la Femme en quête de liberté (la vraie), de reconnaissance, de justice.

Il n’y a pas si longtemps, les mariages de convenance étaient assez courants, la sexualité d’une femme voyait le jour qu’une fois mariée, le devoir conjugal l’emportait sur l’amour et le désir, le mari avait le devoir d’éduquer sa femme de la manière dont il jugeait convenable. Je pourrais t’affirmer que tout ça, c’est terminé maintenant. Mais ce serait trahir l’essence même de ce que je suis. Et ce serait te trahir aussi.

La vérité, c’est que bien des femmes tolèrent, ferment les yeux, ont peur, se sentent coupables. Coupables d’attirer une remarque désobligeante. Peur d’être la cause de la violence. Peur de ce qui pourrait se passer. Peur de l’isolement, du jugement, de la honte, d’être brisée en mille miettes et de ne pas savoir comment recoller les morceaux.

On t’a vendu l’image d’un pays ouvert et fort. Et te voilà désarmée devant ces hommes qui jouent à Dieu, autant ici qu’ailleurs. Ici, la femme libre a des liens sournois, invisibles. Ici, la liberté est vraie lorsqu’elle répond aux normes établies et qu’elle ne brise pas trop de tabous. Ici, la liberté s’arrête quand tu portes une jupe trop courte, quand t’as trop bu, que tu es trop ambitieuse ou que l’alcool t’a rendue un peu trop joyeuse. 

Notre sort est dans les mains de ces hommes qui ne trouvent pas ça normal que leur femme se lève uniquement pour préparer leur lunch. Dans leurs mains qui savent changer une couche et dans leurs yeux qui voient là une implication parmi tant d’autres. Dans la fierté de voir la carrière de leur conjointe fleurir autant que la leur… et même plus!

Notre sort est dans les mains de cette maman qui a bien voulu laisser le conjoint gérer la routine du matin et accompagner le cadet chez le dentiste. Il est dans les mots de cette grand-mère qui explique à sa petite-fille qu’elle est forte au lieu d’être belle. Il est aussi dans le partage de ce professeur qui encourage l’élève à poursuivre ses études non conventionnelles. Notre sort est dans l’éducation qu’on se donne, pour qu’enfin, il n’y ait plus de rôles de “femmes” et de rôles “d’hommes”, mais plutôt des engagements avec des responsabilités que l’on se partage. Et du respect. Du bon vieux respect… non… surtout pas du bon vieux respect, parce qu’on sait ce que ça a donné! Optons plutôt pour le nouveau. Un bon nouveau respect plein d’empathie, d’affection, de tendresse. Parce qu’on peut me trouver naïve, mais moi je refuse de croire que c’est ça. Que j’aurai toujours peur de me promener dans les rues le soir et que ce sera pareil pour ma fille.

Et si nous étions plus fortes qu’on le croit? Regarder par terre, c’est terminé pour moi! Ton combat, mon combat, notre combat. Le sort de la Femme n’a pas de race, de religion, de langue. Il est en chacune de nous. Il est dans nos gestes, nos paroles. Dans la peur qui se transforme en courage, dans les yeux qui ne se ferment plus, dans la culpabilité qui ne nous appartient plus. Surtout, il est dans notre propre désir de briller, d’étaler nos pétales déchirées et d’en faire le plus magnifique des tableaux. Il est dans la résilience, dans cette résignation de se servir du plus laid afin de construire quelque chose de beau. Il est dans ces ingrédients qu’on laissera à nos enfants.

Jeune femme immigrante, je voudrais te dire que je suis là, debout. Que la femme québécoise se tient à tes côtés, avec sa liberté écorchée et des murs encore à escalader. Ensemble, apprenons à grimper.

 

Source de l’image via Pinterest

La trentaine, la bédaine… je l’aime!

Dans ma tête et mon coeur, j’ai maximum 22 ans. Il m’arrive de me réveiller le matin et de paniquer une ou deux secondes en réalisant qu’il y a des voix d’enfants dans ma maison. Ah oui, c’est vrai! J’ai… trois enfants!

Ce n’est en rien un regret par rapport à ma vie. Juste que mon esprit refuse de croire que je suis rendue là. D’ailleurs, ces temps-ci, j’écoute Gossip Girl en cachette en pensant réellement qu’un jour, quand je serai grande, je ressemblerai à Serena! Je sais, je sais, il n’y a pas plus insipide comme télésérie. Et je suis 10 ans en retard…(comme quoi je suis vraiment une mère après tout!)!!! En plus, je me surprends à avoir trop de compassion pour la mère de Serena. Tu sais clairement que t’es plus si jeune quand tu éprouves de l’empathie pour les parents des personnages principaux! Et bin oui! Ça y’est, je suis passée de l’autre côté. J’appartiens maintenant à la catégorie “sont trop vieux pour comprendre”. Shit.

Comme l’autre soir, avec ma soeur. Elle a eu la gentillesse de s’occuper des enfants pendant que la garderie était fermée pour les vacances. Elle a dormi ici. C’était bien de se retrouver une soirée (ça m’a un peu rappelé le temps où je squattais son lit double pour chuchoter jusqu’aux petites heures). Entre deux discussions sur la vie, Sophie Nélisse apparaît dans le téléviseur au show de Pénélope McQuade. Dans ma tête, Sophie Nélisse et moi on a le même âge. C’est ma buddy. Je la trouve cool. Je l’écoute parler. Vlan! Une claque en pleine poire! On n’a pas du tout le même âge! Elle parle du fait qu’elle et son chum pleurent à l’idée qu’ils doivent se séparer quelques semaines pour un tournage de Sophie. Belle dans son innocence de la jeune femme qui découvre l’amour, elle raconte à quel point ils s’ennuient l’un de l’autre quand ça fait une heure qu’ils ne se sont pas vus!! Je trouve ça cute pour mourir… comme une mère qui regarde sa fille s’éprandre d’un bon et gentil garçon! Autant je suis attendrie par l’image de cette jeune femme qui s’épanouit, autant je souris à l’idée qu’il lui reste encore tant à découvrir. Cette bienveillance n’est pas gratuite.

Et la réalité me frappe. Je suis dans la trentaine. J’ai quelques cernes. Une bédaine, molle de surcroît. Et si je trouve ça plaisant d’avoir encore le coeur jeune, de m’émerveiller devant ces ados qui découvrent, d’être aussi enfant que mes enfants à l’occasion, ma vie n’en demeure pas moins riche de toutes ces expériences acquises au fil du temps. Surtout, du fait que j’assume qui je suis bien plus qu’avant.

Je n’ai jamais aimé La Ronde. Je n’aime pas avoir peur et j’ai le vertige bien vertigineux. Quand j’étais plus jeune, je faisais semblant d’y trouver mon compte. En réalité, le seul manège que j’appréciais réellement était la pitoune (feu est son âme)! Ça, et les autos tamponneuses. Mais fallait surtout pas que mes amis le sachent. Sinon j’aurais eu l’air trop bébé, ou pas assez cool. Franchement, j’en ai plus rien à cirer maintenant! Moi, payer des centaines de dollars (on est cinq) pour attendre des heures afin d’avoir les mains moites et mal au coeur, non merci! En plus, faut manger des hot-dogs pis des frites par-dessus le mal de coeur parce qu’on n’a pas le droit de s’apporter un lunch. Ark.

J’ai beaucoup plus de plaisir aux quilles. Ou au musée du train. Je réalise à quel point je sonne matante. J’ai envie de dire: “Ouin, pis!” comme mon ado de six ans qui s’étale sur le divan pour jouer à la Wii. Parce que c’est ça, la trentaine. C’est le coeur qui veut encore, c’est la tête qui connait, un peu et, surtout, c’est la force de s’assumer tel qu’on est.

Je suis plus en forme maintenant que je ne l’étais à 20 ans. Ma maison est souvent sale, mes vêtements pas pliés et le fer plat est réservé aux occasions. Mais ici, chez-moi, il fait bon. Il y a plus d’amour que de pieds carrés. Un amour fatiguant parfois, avec ses hauts et ses bas, ma ronde à moi finalement… et je dois vous dire que j’aime bien la ride cette fois! Parce qu’elle est vraie, sincère. Parce que j’ai peut-être la trentaine et la p’tite bédaine, mais je m’aime. Pas tout le temps. Mais bien plus souvent qu’avant.

J’ai réalisé nombre de rêves, je me suis construite et rénovée et le referai encore. Je sais ce que je veux et encore plus ce que je ne veux pas. Je suis forte. Solide. Fière. Je joue aux quilles comme s’il n’y avait pas de lendemain et je crie à tue-tête en dépassant mon mari à vélo. Je m’extasie devant une forêt ou la clarté d’une rivière. Je laisse mon coeur battre au rythme du galop de mon cheval. J’emplis mes poumons de l’odeur des cheveux de mes enfants. J’enregistre chaque trait de leur doux visage dans ma tête. Je chéris la main rugueuse de Monsieur mon Mari qui s’insère dans la mienne. Chaque moment est un cadeau, ou une leçon. Je souris à la vie et elle me le rend bien.

J’ai le corps de mon âge, le coeur de mes 20 ans et juste assez de sagesse dans mon baluchon.

La trentaine, la bédaine, pas si shit que ça finalement. Regardez-moi bien dans les autos tamponneuses! M’en va vous rider ça! 😉