Confidences sur le poids… ou l’art de s’autosaboter!

Le poids, bin oui… comme s’il n’y avait pas assez de gens sur sur les réseaux sociaux avec des photos de perte de poids! Y’en a-tu des recettes miracles pareil hen? J’encourage et félicite tout le monde dans sa démarche vers la santé, mais tsé, on peut-tu être juste heureux avec nous-mêmes aussi? La réponse c’est: bin oui viarge! 😉

Reste que des événements personnels difficiles ont fait en sorte que je suis retombée dans de vieilles habitudes dans la dernière année pis bin… j’ai mangé mes émotions! Il me restait 5 livres à perdre pour retrouver le poids de mon mariage après ma troisième mini… 5 qui sont devenues 8, puis 10, puis 13! Nombre auquel j’ai dit “ça suffit”!

Toute ma vie je me suis autosaboté l’estime avec ça. Croyez-moi, je ne suis pas tendre avec moi-même en plus! Quand ça va pas, j’ai tendance à m’autoengraisser pour me prouver que je ne suis pas à la hauteur. Et je me tape dessus après. “Esti de grosse vache, tu peux bin chialer sur ta bédaine, t’es encore en train de manger grosse torche molle!”

Violent, n’est-ce pas? Beau cadeau de moi à moi hen? Si j’entendais un de mes enfants se parler comme ça, je serais dévastée. C’est de l’auto-destruction pure et dure. Et c’est ce que je m’inflige. Dans les moments difficiles. J’en rajoute une couche tsé! Au lieu d’être douce avec moi-même et d’agir comme ma meilleure amie! Parce qu’on va se le dire, si on s’aime pas soi-même, on est mal parti, pas vrai?

Donc voilà, manger mes émotions, c’est ma bibitte noire, mes habitudes destructrices que j’avais mises derrière depuis l’arrivée de mes enfants. Et oui, de vieilles habitudes ça peut revenir vite quand la vie écorche un peu.

La bonne nouvelle, c’est que de bonnes habitudes aussi ça peut revenir vite. Ça fait des années que je mange santé et que j’ai découvert le bien-être profond qu’on ressent après une bonne activité physique. Le corps est comblé et l’âme est en extase. Cette drogue-là est aussi intense qu’une bouchée de chocolat qui te fond dans la bouche! Donc j’ai reconnecté avec le spinning. Je l’ai laissé me faire mal pour me faire du bien. Je n’avais pas arrêté, mais c’était devenu une corvée. Alors j’ai laissé la tête à la porte et j’ai fait confiance à mon corps. Il était bin content! 😉

J’ai utilisé le mantra que Monsieur mon Mari et moi on aime se balancer en pleine face: retourner à la base. Chaque fois que j’ai envie de me dire des vacheries, j’essaie de les remplacer par des mots doux à mon égard. Chaque fois que j’ai envie d’un biscuit le soir, je me prends une gorgée de café ou un verre d’eau et je me donne 10 minutes pour que ça passe. Ça passe. Toujours.

J’ai aussi fait des changements dans notre routine cette semaine pour y inclure plus de temps pour l’écurie, mon havre de paix. Je l’ai délaissé pas mal mon refuge ces derniers temps. Une autre petite violence que je me suis faite… Comme si ma tête disait: “Rappelle-toi Véro, ça va mal, t’as pas le droit d’être heureuse!” Eh bien non, c’est fini! Je suis heureuse moi dans la vie, même quand ça va moins bien. J’ai le bonheur facile. Je ne baisse jamais les bras.

Puis, surprise! Je passe devant mon miroir ce matin et je me dis: “ça pourrais-tu que??” Tranquillement, sans même m’en rendre compte, le 13 est redevenu un 10 et ce matin un 8! En trois semaines environ! Trois petites semaines!

Et tsé, au fond, ça pas rapport avec le poids. Parce qu’être bien dans son corps, c’est pas un nombre sur une balance. C’est tellement plus que ça! C’est de se choisir. C’est apprécier la vie. C’est d’être reconnaissant pour la santé qu’on a eu la chance d’avoir. C’est de faire de soi-même le plus beau cadeau qu’on aura jamais. La plus belle relation amoureuse qu’on ait jamais eue. Quand tu commences à te voir de même, c’est puissant. Parce que c’est comme si tout devenait possible.

C’est ça que j’avais envie de partager dans ce texte. Peu importe c’est quoi le problème avec tes deux pattes, tu peux y arriver! Pour vrai, es-tu bien dans ton corps? Parce qu’il peut te mener loin! Le laisse-tu te guider un peu? Lui laisse-tu la place qu’il mérite?

Avoue que je t’ai donné le goût de manger du brocoli comme, maintenant! 😉

 

Source de l’image de crème glacée: Pixabay

Véro

Femme dans la jeune trentaine, je suis aussi une heureuse épouse et mère de deux garçons. Riche d'une décennie en communication et marketing et de mon histoire aussi simple que rocambolesque, je partage avec vous mes humeurs du moment.

1 commentaire

Diane Soucy

about 11 months ago

Bravo ma fille, je suis très fière de toi !! Quand ça va pas, n'oublie pas que toi aussi tu as une maman qui serait dévastée, si elle entendait sa fille se parler comme ça... sois plus douce avec toi-même. Par contre, je comprends que quand la vie nous écorche, ce n'est pas toujours évident. C'est vrai que tu as le bonheur facile et que tu ne baisses jamais les bras... deux grandes qualités que bien des gens aimeraient posséder !! J'ai toujours eu confiance en toi, à travers les hauts et les bas de la vie, tu as toujours su te relever... tu as accompli tellement de belles réussites depuis que tu es toute petite !!! Je t'aime mon p'tit rayon de soleil, Maman xx xx

Reply

Laissez un commentaire

Soyez courtois, merci!
Votre courriel ne sera pas divulgué et les champs requis sont indiqués